Rumeur, quand tu nous tiens : La vérité sur Aimé Cesaire et François Bayrou

« Répétez 99 fois un mensonge, la 100ème, elle devient une vérité » affirmait Goebbels, ministre d'Hitler, chargé de l'Education du peuple et de la propagande.

Cette affirmation perfide semble trouver terrain fertile chez nous, lorsque l'on voit comment la rumeur, la calomnie, le mensonge courent, se propagent et s'épanouissent.
Il est une rumeur malveillante, un mensonge tenace, qui dure depuis bientôt une quinzaine d'années affirmant un contentieux entre Aimé Césaire et François Bayrou. Ce dernier étant accusé de racisme ostensible à l'égard de l'éminent poète martiniquais et surtout d'avoir fait retirer Césaire des programmes du bac en 1995 alors qu'il était en charge de l'Education nationale. Depuis, à l'occasion de tout déplacement du président du MODEM, sur notre territoire, resurgit, véhiculés par d'imminents intellectuels ou cadres politiques, cette rumeur.
Lors du récent colloque du MODEM Martinique un éminent historien, ancien élu local, membre du bureau politique du PPM, (parti de Césaire), Edouard De Lépine, pour ne pas le nommer (que l'on ne saurait accuser de centrisme ou encore d'homme de droite), affirmait qu'il était grand temps une fois pour toutes de tordre le cou à cette rumeur malveillante.
En ayant parlé avec François Bayrou, et avec son accord, j'ai décidé de publier la réponse qu'il avait déjà faite en 2007 mais qui, pour des raisons « obscures » n'a eu ni le même impact ni la même publicité que la rumeur.
« Ministre en 1993, j'ai inscrit Aimé Césaire au programme du baccalauréat 1994, en raison de l'admiration que j'ai pour lui depuis longtemps, au prix d'un certain nombre de polémiques. Le programme a changé ensuite ce qui est le cas depuis des lustres et pour des lustres. De mémoire, l'auteur qui l'a remplacé était Aragon (qui n'est pas précisément un homme du centre)... Lors de ma rencontre avec Aimé Césaire en 2006, nous avons longuement parlé de cet événement (c'est la seule fois à ma connaissance que Césaire a été au programme du bac...) qui l'avait ému.
Je peux vous livrer pour couper court à toute interprétation la dédicace que Césaire a inscrite sur l'exemplaire de l'édition de Tropiques qu'il lui a offerte à cette occasion : « À François Bayrou, avec mes remerciements et mes félicitations. Quel courage! Oui vous avez apprécié la colonisation française à sa juste valeur. Merci de tout coeur et de tout mon esprit. Fort-de-France, 8 février 2006, Aimé Césaire » .
Il me semble que cela coupe court à toute malveillance. J'ai aimé l'oeuvre de Césaire et j'ai admiré l'homme. »
Le Modem Martinique tient à disposition de qui le souhaiterait, la dédicace manuscrite d'Aimé Césaire, rédigée en présence de feu Camille Darsières et de Pierre Alicker.
Puisse cette mise au point, être cette fois entendue et que la parole du Maître (dérangeante une fois de plus) puisse calmer définitivement ses plus ardents supporters et permettre aux martiniquais d'avoir moins d'a priori pour celui qui fut le seul ministre de l'Education à avoir inscrit Césaire au programme du bac à ce jour et en cette année de l'Outre-mer.
 
Max Orville, président du Modem Martinique